La classe de cuisine de Nunavimmi Pigiursavik

La classe de cuisine de Nunavimmi Pigiursavik

Pour une 8e année, j’enseigne la cuisine professionnelle à Inukjuak. Dans une école professionnelle qui se nomme Nunavimmi Pigiursavik située sur une colline face à la baie d’Hudson. Pas une grosse école si on la compare avec les écoles professionnelles du sud du Québec. Non, mais une école à la mesure du Nunavik et qui dessert les 14 villages du nord du Québec. Une résidence scolaire permet aux élèves venant d’autres villages de s’y loger et de s’y nourrir.

Nunavimmi Pigiursavik au sommet d’une colline.
Lorsque j’ouvre la porte arrière de ma classe, la baie d’Hudson et ses îles s’offrent au regard.

Inukjuak étant situé au 58e parallèle, ici c’est la toundra qui nous entoure. Il n’y a pas d’arbre et le vent de la baie d’Hudson souffle souvent sur Inukjuak. Lorsque j’ouvre la porte arrière de ma classe, voici la vue qui s’offre alors à nos regards.

Un cargo de marchandises va mouiller quelques jours au pied de l’école
Le vieux quai comme les gens l’appelle ici
La première neige cette année

Il va s’en dire que cette beauté sauvage qui nous entoure devient omniprésente. Elle fait partie du décor de mon école tous les jours lorsque je m’y rends pour enseigner. Une petite marche de dix minutes, beau temps, mauvais temps. Pas de trafic, pas de métro bondé, pas d’autobus en retard. J’arrive dans ma classe tous les jours de la semaine vers 8:30 am, les élèves arrivent à 9:00. Y a une simplicité là qu’y me plaît. Mais entrons maintenant voir un peu cette classe de cuisine.

Mina Napartuk d’Umiujaq
Jason Patterson d’Umiujaq
Préparation de pierogis

Chaque année, trois à six élèves viennent tenter leur chance en cuisine professionnelle. Certes, cela semble peu de monde, mais n’oublions pas que les résidents du Nunavik sont peu nombreux et que les villages sont très éloignés les uns des autres. Je peux accueillir un maximum de huit élèves à la fois dans la classe qui est équipée de quelques fours électriques et de huit postes de travail distincts.

Maggie a son poste de travail
Paulyna Echalook d’Inukjuak
Maggy et Larry attentifs à leurs créations

Donc, depuis que je suis au poste en 2015, une quarantaine d’élèves se sont inscrits et sont venus suivre le cours de cuisine dans ma classe. D’ailleurs, le taux de roulement du personnel enseignant de l’école étant assez élevé, je suis devenu le plus ancien enseignant de l’école maintenant. Quand je suis arrivé à cette époque, je me disais que je m’engagerais une année à la fois. Que je verrais avec le temps si ce poste me plaît, si ce village m’offre un lieu de vie qui me convienne, si les Inukjuammiut m’accueillent, etc.

Élèves au travail
Une vue aérienne de l’école Pigiursavik
Quelquefois, un enfant vient retrouver son parent quand l’école du village est fermée.

Et bien entendu, les conditions mentionnées ci-haut furent aisément remplies et j’enseigne toujours ici dans cette classe depuis 2015. Cela demeure tout de même un sacré défi. Je dois quitter mon amoureuse Anne-Marie plusieurs mois par année pour venir ici. Heureusement, chaque année, elle vient me rejoindre quelques semaines ou mois pour à son tour s’imprégner de la vie de cette communauté inuite: faire de la suppléance à l’école du village, enseigner les arts aux petits Inuits ou encore animer un atelier d’art pour adultes en soirée sont quelques unes de ses implications dans la vie d’Inukjuak. C’est un grand plaisir pour moi de partager ce temps avec elle. Les Inuits du Nunavik viennent enrichir notre vie de couple et comprendre leur histoire est devenu important pour nous.

Paulyna Echalook en action

Ma classe est une petite classe qui s’apparente plus à une grande cuisine familiale qu’à une école. Les élèves y passent une année et demie. Tout en y apprenant la cuisine, ils rencontrent d’autres élèves venant du Nunavik et c’est très enrichissant pour eux même si ce n’est pas toujours facile. La résidence scolaire est proche de la vie communautaire avec ses joies et ses difficultés.

Une activité de buffet dirigée par trois élèves.
Une activité de cuisine à l’extérieur de l’école
Visite d’un « elder » de Kuujjuarapik dans la classe. Il nous a montré sa recette de banique. Masta Tuckatuck est sa petite-fille.

Quelques fois, nous avons la chance de visiter la cuisine d’un bateau cargo qui vient livrer de la marchandise à Inukjuak. Même qu’une année, le cuisinier du bateau était Jérémie notre fils, qui travaille pour la compagnie NEAS depuis quelques années. Ce fut une visite très motivante pour mes élèves.

Ci-contre, le Jana Desgagnés et ci-dessus, la cuisine du bateau
Jérémie et moi-même lors d’une visite en octobre 2019 sur un bateau de la compagnie NEAS
Les élèves accompagnés du capitaine au centre et de Jérémie

Voilà donc pour cet article. Si vous voulez visiter la page Facebook de l’école Pigiursavik, c’est ici que vous cliquez. N’hésitez pas à me poser des questions ou laisser des commentaires. C’est un plaisir pour moi d’y répondre. Bonne lecture 😊

This Post Has 2 Comments

  1. À bientôt !

Laissez moi un commentaire

Close Menu
Click here to translate »
%d blogueurs aiment cette page :