Explorer les Saintes en trois jours!

Explorer les Saintes en trois jours!

Christophe Colomb a découvert ces îles juste après la Toussaint qui venait d’être célébrée et les a donc nommées Les Saintes. Elles sont petites comparativement à la Guadeloupe ou à Marie Galante. Pourtant, la baie des Saintes figure parmi les plus belles au monde. Difficile de ne pas tomber sous le charme de Terre-de-Haut. Avant de m’y rende avec Anne-Marie, j’imaginais cet endroit un peu trop touristique à mon goût avec ces hôtels, bateaux et plaisanciers à profusion. Mais la réalité a été bien différente en fait. Oui, bien sûr qu’il y a beaucoup de touristes, mais la plupart ne viennent que pour la journée et repartent donc en fin d’après-midi avec les bateaux. Malgré cela, Terre-de-Haut a su conserver un charme fou qu’on découvre en se promenant dans ses rues minuscules et pittoresques.

La très belle baie des Saintes située à Terre-de-Haut
Une petite rue à Terre-de-Haut
Plutôt tranquille cette jolie rue
Une seule ombre au tableau, la location de scooter sur l’île. Ils sont malodorants et bruyants. Heureusement, ile tendent à être remplacés par des vélos ou des voiturettes électriques.

Nous avions réservé une chambre avec cuisine et douche chez Vacance Boone, un concept de type communautaire avec restauration, très bien situé près de la plage du Pain de sucre à 100 m plus bas. On accède au gîte par un petit sentier rocailleux qui mène à la plage. Avec vue sur la mer de notre chambre et accès à une jolie piscine d’eau salée. Le tout pour 50 euros la nuit, nos nuitées les moins coûteuses de notre séjour. On y est moins intime que nos deux précédents gîtes, mais ça nous convenait pour ces trois journées que nous passerions aux Saintes.

On s’est fait servir un repas sur notre petit balcon intime
Une vue intérieure de notre petite cuisine (grand-angle Gopro)
La piscine chez Vacance Boone
Coucher de soleil avec vue sur la mer

Pour bien découvrir Les Saintes, il faut le faire à pied. On a tellement plus l’occasion d’admirer les magnifiques paysages que nous offre cet archipel. Il y a toujours quelque chose à admirer et il faut prendre son temps pour bien le faire. Les routes sont étroites et sinueuses et l’on peut s’arrêter pour se prélasser sur une plage ou bien alors à un café ou un resto. Il y en a tout plein d’ailleurs et ici aucune bannière commerciale n’est venue s’y installer.

Acras et Ti-punch vont merveilleusement bien ensemble
Les Balançoires, définitivement un coup de coeur pour manger un bon repas sur le bord de la plage: coût 57 euros incluant nos consommations.
Vue de la baie des Saintes lorsque nous mangeons aux Balançoires.
Deux sympathiques Saintois qui nous ont fait un brin de jasette.

Et puisque nous sommes en Guadeloupe, il faut bien parler des plages et de leurs eaux turquoises. D’ailleurs partout où l’on regarde, les eaux sont turquoises avec divers dégradés. Et invariablement, l’eau est 29 C et absolument limpide.

La plage du bourg Terre-de-Haut
Un rappel de l’ouragan Maria en 1997
La plage de l’Anse Crawen
L’Anse-Mire, une petite plage très ombragée at agréable pour la farniente, à proximité du bourg.
La plage de la Grande Anse, interdite à la baignade à cause de ses courants forts. Il y des sargasses aussi aujourd’hui.

Nous nous promenons donc dans le petit bourg Terre-de-Haut. On y découvre tantôt l’église du quartier Fond-du-Curé, tantôt le Fort Napoléon qui domine la baie des Saintes ou encore un sympathique espace ombragé avec vue sur la mer idéal pour y prendre une bière bien fraîche.

L’église du quartier Fond-du-Curé
Le trottoir qui mène à l’Anse-Mire
Un espace public ombragé sous les palmiers très agréable par cette chaleur.
Un Saintois qui discutait avec Anne-Marie s’est soudainement mis en colère et m’a lancé sa bière. Ce n’est pas tout le monde qui aime être photographié. Il aurait simplement pu me demander de ne pas le photographier et d’effacer la photo.
L’iguane, que l’on rencontre fréquemment ici, est une espèce protégée.
Le Fort Napoléon,un lieu historique très intéressant. Le fort ne servit jamais de forteresse, en temps de guerre, mais de camp d’internement jusqu’au début du siècle dernier. Aujourd’hui, il est devenu un musée sur l’histoire des Saintes, et il est situé au milieu d’un jardin botanique dédié aux plantes grasses auxquelles se mêlent de nombreux iguanes.
Le fort Napoléon
Une partie du jardin botanique du Fort Napoléon
Notre guide Sidonie au Fort Napoléon. On y apprend beaucoup sur Les Saintes lors de cette visite.
Une toile représentant la bataille des Saintes en 1782. La flotte anglaise fut victorieuse au détriment de la flotte française. Sidonie nous raconte ce moment de l’histoire.
Du haut du Fort Napoléon, nous apercevons la Guadeloupe.
Encore une fois, une vue à couper le souffle sur la baie des Saintes., cette fois du Fort Napoléon.

Et nous terminerons notre visite en se baignant de nouveau sur la plage de l’Anse-Mire. Les Saintes bénéficient de 300 jours de soleil par année et ce fut le cas de nos trois journées ici avec une température autour de 31C.

L’Anse-Mire et sa plage.

This Post Has One Comment

Laissez moi un commentaire

Close Menu
Click here to translate »
%d blogueurs aiment cette page :