Inukjuak cette dernière année (21-22)
Elisapie Weetaluktuk

Inukjuak cette dernière année (21-22)

Elisapie Weetaluktuk


Elle était assise dans les marches d’escalier un peu à l’écart de la fête du village pour se reposer. Je faisais le tour du bâtiment à la recherche d’un point de vue sur la communauté lorsque je suis arrivé face à Elisapie. On a échangé quelques mots tout simplement pour se présenter l’un à l’autre et puis elle a accepté que je la photographie.


Le renard arctique

Les renards arctiques sont très nombreux ici au Nunavik. Lorsque je me promène dans la toundra, il est très fréquent d’en apercevoir un au loin qui m’observe. Celui-ci se détachait bien sur le fond bleu du ciel et sa fourrure n’était pas encore complètement blanche comme durant l’hiver. Ces nuances de couleurs sont très recherchées pour parer les magnifiques parkas fabriqués par les Inuits.


Un ciel aux milles couleurs


Combien souvent peut-on apercevoir un magnifique coucher de soleil sur la baie d’Hudson. Le jeu de la lumière du Nord et de sa grande perspective fait miroiter une panoplie de nuance sur l’eau. Ici, un bateau de pêcheur rentre au village.


La plaquebière

Les Inuits la nomment arpiik et sur la Côte-Nord, on la nomme chicoutai. Je ne connaissais pas ce petit fruit avant de venir au Nunavik. Ici, on en raffole tout simplement. Pas étonnant, cette baie est délicieuse et sucrée, mais aussi rare et difficile à trouver. Les oies en font le plein avant l’hiver d’ailleurs. Un bon cueilleur connaît ses talles et il les garde secrètes…À force de chercher, j’ai fini par avoir mes coins favoris lorsque je reviens à la mi-août. Curieusement, lorsque la plaquebière est rouge vif, elle n’est pas mûre encore. Il faut attendre qu’elle devienne orangée avant de la cueillir.


Les paysages d’automne de la toundra

L’automne est rapide ici, mais ô combien intense! La toundra se pare de magnifiques couleurs pour deux ou trois semaines. Et la neige viendra soudainement tout recouvrir pour de longs mois par la suite.

Série de photos captées à l’insu de ces deux jeunes filles inuites qui discutaient avec entrain.

Petite fille inuite

Impossible de ne pas craquer pour cette petite fille inuite, qui se promenait tout près de chez moi. Elle avait enfilé son parka par-dessus son pyjama!


La construction d’une centrale hydroélectrique

La construction de la centrale hydroélectrique au fil de l’eau de 7,5 MW sur la rivière Inukjuak avance à bon rythme. Bien que le projet Innavik ne fasse pas l’unanimité dans la communauté d’Inukjuak, l’électricité renouvelable produite permettra d’éviter 700 000 tonnes de GES. Il s’agit d’un projet très prometteur d’un point de vue environnemental et économique. Il semble aussi que ce soit un premier partenariat entre une corporation inuite et un producteur indépendant. Enfin, j’aime y faire un tour et prendre quelques photos de temps en temps.

Fête au village

En septembre, on a eu droit à une fête au village. Tout simplement parce que depuis deux ans, et comme partout ailleurs, il n’y avait plus de rencontre communautaire. Alors, une course de bateau a été organisée durant l’après-midi et durant la soirée, il y a eu un spectacle musical sur une scène extérieure fraîchement construite. Et le tout s’est terminé par un magnifique coucher de soleil. Que demander mieux ?


Voilà pour cet article. Ma 7e année à Inukjuak se termine aujourd’hui et c’est donc le début des longues vacances d’été.

Vous pouvez me retrouvez sur les réseaux sociaux en cliquant sur les liens ci-dessous.

This Post Has One Comment

  1. Merci

Laissez moi un commentaire

Close Menu
Click here to translate »
%d blogueurs aiment cette page :